384/1000 Nombre de véhicules par habitants, 6,5 ANS En moyenne, les conducteurs renouvellent leur auto tous les 6,5 ans.
La vague d'achat de voitures a également eu un impact significatif sur les comptes nationaux d'Israël: elle a augmenté les recettes fiscales de l'État de 5 milliards de shekels !
À chaque fois que le Moyen-Orient s'embrase, on croit revivre les mêmes cauchemars. Depuis 2000, nombre d’agressions ont secoué la communauté juive, faisant des synagogues et écoles, des fidèles ou membres de la communauté juive autant de cibles tout au long de ces deux dernières décennies. Pourtant tous les con its du monde ne suscitent pas une telle passion. Étrangement, le con it israélo-palestinien, un con it qui est à la fois distant, étranger et complexe, semble cristalliser toutes les émotions. Pourquoi ?

Le conflit israélo-palestinien n’a pas toujours été aussi fort en France. Dès les premières années après la création de l'État d'Israël jusqu'à la guerre des six jours en 1967, la cause palestinienne fait rarement partie du débat national français. Plus encore,
Chaque année, les maladies contractées à l’hôpital en- traînent plus de décès que les accidents de la route. Selon un rapport paru il y a quelques mois, 6000 Israéliens meurent chaque année d’infections nosocomiales - celles que l’on contracte durant un séjour à l’hôpital et qui s’avèrent mortelles dans...
PERCEPTION DES FRANÇAIS VIS-À-VIS D’ISRAËL ET DU SIONISME
Sondage Ifop, enquête menée auprès d’un échantillon d’un millier de personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus en mai 2018.
DATE DE LA CRÉATION D’ISRAËL :
33% des sondés répondent 1948.
22% pensent que c’était en 1980 et après.
43% disent avoir une "bonne image" d’Israël.
Pendant que les constructeurs automobiles rivalisent d’annonces tonitruantes sur le véhicule autonome, les entreprises qui fournissent les technologies essentielles à son bon fonctionnement font discrètement leur chemin en Israël. Les entrepreneurs israéliens raffolent de ce genre de paradoxe ! Car leur pays, dont la contribution à l'industrie automobile a longtemps été marginalisée, est sur le point de devenir LE passage incontournable pour ces plus grands noms de l’automobile.
Et pour cause ! Le secteur automobile a collecté pas moins de 814 millions de dollars en 2017 - soit le triple du montant recueilli en 2015… Avec quelque 550 startups locales actives dans la mobilité intelligente, son expertise est désormais reconnue au niveau des technologies nécessaires à la révolution automobile: batteries de voiture se rechargeant en cinq minutes, capteurs analysant l’environnement routier, véhicules s’informant sur les conditions routières, etc… . Et ce ne sont là que quelques-uns des projets sur lesquels les entreprises israéliennes travaillent pour créer la voiture de demain. Décryptage.
l y a peu, US News & World Report ont classé Israël au huitième rang mondial des nations innovantes, sur la base d’une enquête menée auprès de plus de 21 000 personnes réparties sur quatre continents. De son côté, Bloomberg News, saluant les progrès du secteur High Tech israélien, a classé l’État juif au dixième rang des pays les plus innovants, devantles États-Unis et le Royaume Uni.
Les historiens qui se chargeront d’écrire la saga de l’immigration des Juifs hexagonaux en Israël auront du mal à identifier qui fut le premier média papier francophone en Terre Promise. Il pourrait s’agir de l’édition française du Jérusalem Post.

Pendant une quinzaine d’années, ce très puissant groupe de presse a produit ‒ à perte, faut-il préciser ‒ un hebdomadaire francophone qui perdura jusqu’à 2017 sans trouver de lecteurs. Autre ancêtre : le mensuel KOUNTRASS. Dès le milieu des années 80, Rav Henri Kahn, qui vient de fonder la Yeshiva francophone Rachi à Jérusalem, décide de poursuivre son action en publiant un petit bulletin. D’abord ronéoté puis photocopié, KOUNTRASS connaîtra plusieurs mutations avant de trouver finalement son régime de croisière, appuyé sur un lectorat de Juifs orthodoxes peu nombreux, mais fidèles. Le succès de KOUNTRASS décidera la hassidout Gour à lancer un hebdomadaire francophone, HAMODIA, à destination de ce même public. Mais apparemment, il n’y avait pas de place pour deux médias religieux francophones en Israël.
Ils sont quelques-uns à avoir troqué leur statut de ‘touristes’ pour celui de ‘résidents permanents’ à Eilat. Par nécessité, coup de cœur, ou les deux à la fois, les 2000 familles francophones d’Eilat forment une petite communauté à part dans le paysage francophone d’Israël. Valérie Bitton en est une figure. Elle a fondé, en 2011, le blog ‘Eilat French Connection’, et a accepté de partager son histoire avec le Mag’.

Comment êtes-vous arrivés à Eilat ?

Nous avons fait notre alyah en 2005, à Ashdod. Nous y sommes restés pendant quatre ans. Dans un premier temps, mon mari faisait des allers retours en France. Par la suite, il a été embauché dans l’industrie hôtelière à Eilat. Pendant trois ans, il partait donc...

CLASSEMENT DES HÔPITAUX ISRAÉLIENS Même si en cas d'urgence on se dirige vers l'hôpital le plus proche a n d'être traité au plus vite, il est néanmoins intéressant de remarquer quel hôpital dispense les meilleurs soins. En 2016, une enquête a été menée par le ministère de la Santé sur la...
Acheter un bien immobilier en Israël est certes une aventure, mais y louer un appartement en est une autre !!!

Pour un nouvel arrivant en Israël, la solution la plus logique afin de s'installer est de commencer par louer un appartement avant de penser à acheter. Cela permet de s'assurer que le quartier convient, que finalement les enfants ont bien été pris dans l'école ou l’on souhaitait les inscrire, de vérifier ses besoins et ses manques en termes de surface, de nombre de pièces, de confort, etc… et nul ne risque de s'endormir sur ses lauriers car les contrats de location sont de courte durée (et favorables essentiellement au propriétaire) et l'acquisition d’un logement passe...

Il ne fait pas bon être non-musulman en terre d’Islam. Les adeptes des religions païennes (yézidisme, bahaïsme, hindouisme, bouddhisme, sikhisme, animisme, etc.) ne bénéficient d’aucune reconnaissance et d’aucun droit dans les pays régis par la Charia (loi islamique) : ils doivent donc soit se convertir à l’Islam, soit quitter le...