ÉTAT DES LIEUX

Derrière les soucis du contribuable lambda inquiet de voir les banques et le Fisc prendre le contrôle de son porte-monnaie, la lutte contre l’évasion fiscale impose désormais une transparence inéluctable aux établissements financiers, entièrement validée et approuvée par les États. De nombreuses raisons expliquent cette situation qu’il est nécessaire de connaitre un peu plus en profondeur pour mieux la comprendre.

En mai dernier, l’OCDE remportait une nouvelle victoire. Cinq pays récalcitrants à coopérer en matière fiscale (Bahreïn, le Liban, Nauru, Panama et Vanuatu), prenaient « l'engagement d'échanger automatiquement avec les autres pays adhérant à la norme des renseignements relatifs aux comptes financiers ».

« Une dynamique que rien ne peut arrêter est désormais enclenchée et, s'incarnant dans une norme commune unique élaborée par l'OCDE et approuvée par la communauté internationale, nous propulse sur...

En décidant de faire un dossier sur ISRAËL, TERRE DE SCANDALES, la rédaction du Mag’ s’est demandée : jusqu’où peut-on aller ? Peut-on tout dire ? À partir de quand l’information devient-elle diffamation ? Pour répondre − aidé de Chmouel Nisenkiern, avocat au barreau de Tel-Aviv – leMag’ s’est plongé dans la loi israélienne ‭‬חוק‭ ‬איסור‭ ‬לשון‭ ‬הרע‭(‬) de 1965 qui réprime ce délit.  Comment le législateur israélien en est-il venu à produire une loi sur le « lachon hara » ‭(‬חוק‭ ‬איסור‭ ‬לשון‭ ‬הרע) ? Tout a commencé dans les années 50, à la suite du procès Kastner, un ancien dirigeant...
Chaque année, les maladies contractées à l’hôpital en- traînent plus de décès que les accidents de la route. Selon un rapport paru il y a quelques mois, 6000 Israéliens meurent chaque année d’infections nosocomiales - celles que l’on contracte durant un séjour à l’hôpital et qui s’avèrent mortelles dans...

Ashdod

Cinquième plus grande ville du pays, située sur la plaine du littoral méditerranéen dans le district sud d’Israël à quelques dizaines de kilomètres de Tel Aviv et d’Ashkélon, Ashdod connaît un essor immobilier impressionnant au cours des deux dernières décennies.

Ville de prédilection de nombreux francophones attirés par son climat doux, ses larges boulevards, ses belles plages de sable fin et surtout ses logements moins coûteux que ceux de la ville blanche, Ashdod est l’une des villes les plus dynamiques d’Israël, abritant notamment les sièges sociaux de grandes entreprises spécialisées dans les domaines électronique, pharmaceutique ou encore biotechnologique (entre autres). De plus, cette métropole, surtout connue pour son...

Laurence Podselver, anthropologue, chercheur à l'École des hautes études en sciences sociales à Paris est spécialiste du judaïsme contemporain et est notamment l’auteure de Fragmentation et recomposition du judaïsme : le cas français. Elle dresse pour leMag’ un large panorama des différentes composantes qui définissent à l’heure actuelle les Juifs de France. Un panorama loin d’être figé dans un contexte de crises multiples et d’incertitudes quant à l’avenir… 

leMag' : Quelles facettes revêt aujourd’hui l’expression « être juif en France » ?

Laurence Podselver : En France, il n’existe pas de judaïsme qui constitue un bloc uniforme. Il y est essentiellement pluriel et très diversifié, sachant que le phénomène va en s’accroissant, à savoir que se constituent de plus en plus de sous-groupes. Le Consistoire représente ainsi une partie du judaïsme français aux côtés de tendances distinctes qui sont en pleine émergence, tels le mouvement libéral, les Massortis ou encore les Loubavitch, sans compter toutes les structures qui s’articulent autour de ce que l’on appelle les cercles d’études, ou judaïsme culturel, qui regroupent aujourd’hui beaucoup de monde. Et par la force des événements récents, une partie de ceux qui ne se sentaient pas juifs auparavant, sont à nouveau concernés, notamment par solidarité. Ils reprennent contact avec la communauté, se ré-intéressent à la chose juive et reviennent vers diverses formes de judaïsme selon le passé familial, le parcours personnel, la position sociale de chacun.

Vous avez effectué de nombreuses recherches sur...

Au Moyen-Orient, tout va vite, très vite, parfois trop vite ! Samedi 31 Octobre, un Airbus A321 d’une compagnie russe s’est écrasé au beau milieu du Sinaï. L’intégralité des passagers et de l’équipage a perdu la vie dans le crash.

Des experts ont été dépêchés sur place afin de déterminer la cause de la catastrophe. Soucieux de préserver leur économie touristique, les Egyptiens se sont entêtés à évoquer une désintégration en plein vol provoquée par une panne technique. Les Russes n’ont pas démenti ce qui leur évitait de voir leur suprématie militaire écornée par une action terroriste menée par une...

Netanya

Fondée à la fin des années 1920, Netanya est une ville côtière située au centre du pays. Etablie sur des falaises, au nord de Tel-Aviv, c’est l’une des plus grandes villes d’Israël.

Lieu de prédilection des touristes et olim de France, cette métropole multiculturelle est la ville d’intégration francophone par excellence (plus d’un tiers de la population parle le français). Ses parcs, ses plages de sable blanc, ses hôtels et sa longue promenade où fleurissent cafés, restaurants et galeries marchandes, sont les signes d’une industrie touristique en plein essor. Cette ‘riviera’ israélienne se démarque par ses nombreux centres culturels.

Galeries d’art et  Musées foisonnent dans cette région de...

Si nous nous interrogeons sur la manière dont nous organiserons nos vieux jours, certains semblent peu s’en soucier, préférant défier les lois de la nature. C’est le cas d’Israël Kristal. Toujours vaillant à 113 ans, pas de retraite pour l’homme le plus vieux d’Israël, qui a survécu à la Shoah : ancien confiseur, il continue à faire des bonbons pour ses arrière-petits-enfants. Sa biographie nous révèle les secrets du vivre-très-vieux en Israël.

Tout commence le 15 septembre 1903/22 Eloul 5663. Ce jour-là – troisième enfant d’une famille qui en compte déjà six − naît dans une famille juive orthodoxe du petit village de Maleniec, du comté de Konskie, près de Zarnow (Pologne), un bébé que ses parents prénomment Israël ‭(‬ישראל‭ ‬קרישטל‭)‬. Son père, érudit, va donner à son fils une solide éducation religieuse. À trois ans, le jeune enfant est inscrit dans un ‘héder où il apprend la Torah et l’hébreu. À cette époque, l’emploi du temps est des plus spartiates. Dans une interview de 2012 (à 99 ans), Israël Kristal raconte que son père le réveillait à 5 heures du matin pour aller à la prière avant d’étudier les textes fondateurs du judaïsme, depuis Béréchit jusqu’à la Michna.

Première Guerre mondiale
Il a tout juste 7 ans quand sa mère décède en 1910. Lorsqu’éclate la Première Guerre mondiale, l’empereur Franz Joseph en personne traverse leur région : Israël Kristal se souvient avoir...

Le 13 mai 2017, c’est en lisant cette annonce qui s’inscrit sur leur petit écran : « Notre diffusion a pris fin. 1968 – 2017 » que des millions d’Israéliens disent un dernier au revoir, émus, à leur plus vieille chaîne de télévision. Le lendemain, au matin, ils découvrent les premières émissions de « Kan ». Cette nouvelle entité publique de radio et télédiffusion remplace l’IBA (Israel Broadcasting Authority) qui les accompagnait depuis des décennies sur les ondes de l’emblématique radio Kol Israël et de la première chaîne de télévision, Aroutz 1. Pour beaucoup, une page s’est tournée avec nostalgie. Toutefois, cette refonte de l’audiovisuel public ne se sera pas faite sans heurts. En effet, ce n’est qu’à l’issue d’une saga politique remontant à 2014 que le sort de l’IBA sera brutalement tranché par un vote du Parlement. Retour sur les faits.

Tout commence le 29 juillet 2014 lorsque la Knesset adopte une loi démantelant l’Institut public de radiotélévision (IBA) qui gère la radio publique israélienne lancée en 1935 par les autorités britanniques mandataires sous le nom de ‘Palestine Broadcasting Service’ qui devient ‘Kol Israël’ en 1948 lors de la création de l’État juif,
C’est dans les Caraïbes, au cours des années 1960, que tout a débuté. Et plus précisément dans les îles Vierges Britanniques, les BVI (British Virgin Islands), situées à l’est de Porto Rico...

Un avocat d’affaires new-yorkais venu se reposer dans l’une de ces îles aux paysages enchanteurs et aux plages de sable fin a tout à coup une idée : prétextant développer l’économie locale – réduite à une petite agriculture, une pêche de subsistance et du tourisme  – il propose d’y créer une législation financière sur mesure qui exempterait d’impôts les sociétés étrangères qui viendraient s’y domicilier (sociétés dites « off-shore », littéralement : loin des côtes). En contrepartie du secret des affaires, ces sociétés off-shore n’auraient que deux obligations :

1) s’acquitter chaque année d’un droit de licence de quelques centaines de dollars ;

2) utiliser un résident local faisant...