Le 13 mai 2017, c’est en lisant cette annonce qui s’inscrit sur leur petit écran : « Notre diffusion a pris fin. 1968 – 2017 » que des millions d’Israéliens disent un dernier au revoir, émus, à leur plus vieille chaîne de télévision. Le lendemain, au matin, ils découvrent les premières émissions de « Kan ». Cette nouvelle entité publique de radio et télédiffusion remplace l’IBA (Israel Broadcasting Authority) qui les accompagnait depuis des décennies sur les ondes de l’emblématique radio Kol Israël et de la première chaîne de télévision, Aroutz 1. Pour beaucoup, une page s’est tournée avec nostalgie. Toutefois, cette refonte de l’audiovisuel public ne se sera pas faite sans heurts. En effet, ce n’est qu’à l’issue d’une saga politique remontant à 2014 que le sort de l’IBA sera brutalement tranché par un vote du Parlement. Retour sur les faits.

Tout commence le 29 juillet 2014 lorsque la Knesset adopte une loi démantelant l’Institut public de radiotélévision (IBA) qui gère la radio publique israélienne lancée en 1935 par les autorités britanniques mandataires sous le nom de ‘Palestine Broadcasting Service’ qui devient ‘Kol Israël’ en 1948 lors de la création de l’État juif,

Pour lire la suite de cet article et accéder à toutes nos DOSSIERS & ENQUÊTES, vous devez être abonné à une de nos OFFRES :

►►► OFFRE INTÉGRALE or ►►► OFFRE NUMÉRIQUE à partir de 6,90 ₪
ou Connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

Vous n'êtes pas convaincu? ALORS LISEZ CET ARTICLE