Le manque de logements en Israël fait monter régulièrement les prix de l’immobilier, les banques israéliennes (merci Stanley Fisher !) sont ultra protégées puisqu’elles limitent leur participation à la moitié de la valeur des biens, tout en réduisant au maximum les taux d’intérêts à long terme. Il faut désormais plus de 11 ans de salaire, à un Israélien moyen, pour acheter un appartement type, mais il y a de plus en plus de transactions immobilières en Terre sainte.

Le fisc français l’a bien compris : les étrangers investissent en masse en Israël ! D’où l’intérêt de jeter un œil (voire plusieurs) sur les comptes bancaires et les inscriptions d’appartements au cadastre afin de repérer ces acheteurs et vérifier leurs déclarations dans leurs pays de résidence ou d’origine.

Alyah administratives, changements de noms, on voit apparaitre régulièrement de nouvelles idées pour...

Pour lire la suite de cet article et accéder à toutes nos DOSSIERS & ENQUÊTES, vous devez être abonné à une de nos OFFRES :

►►► OFFRE INTÉGRALE or ►►► OFFRE NUMÉRIQUE à partir de 6,90 ₪
ou Connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

Vous n'êtes pas convaincu? ALORS LISEZ CET ARTICLE