Votée à la Knesset le 19 juillet 2018, par 62 voix, 55 « contre » et 2 abstentions, la Loi proclamant « Israël, État-nation du Peuple juif » a aussitôt suscité nombre de protestations. LeMag’ fait le point.

Certains affirment que le gouvernement a commis deux erreurs. D’abord il

aurait dû accepter l’amendement du député Benny Begin, qui voulait ajouter deux phrases importantes : réaffirmer « l’égalité complète des droits pour tous ses citoyens » et ajouter l’adjectif « démocratique » à l’expression « État juif ». Ensuite, il aurait dû consulter les responsables des minorités présentes en Israël, et notamment les Druzes, qui se sont toujours tenus aux côtés d’Israël de- puis sa proclamation. Toujours est-il qu’aussitôt de violentes critiques se sont élevées, assurant que l’État d’Israël allait se transformer en régime d’apartheid. Rien que ça !

Dans les faits, cette nouvelle loi ne change strictement rien aux droits des minorités, qui ont été réaffirmés dans la Loi fondamentale « Dignité humaine et liberté » votée en 1992, mais avec seulement 32 voix contre 21.

DONC, QUI S’EST OPPOSÉ À CETTE LOI ?

Tout d’abord les Européens ! Ce qui est plutôt étonnant, car nombre de pays d’Europe ont des religions « officielles », alors que cette nouvelle Loi israélienne ne stipule pas que le judaïsme est la religion officielle de l’État hébreu ! Et pour autant que l’on sache, aucun dirigeant européen ne s’est offusqué quand l’Iran s’est déclaré « république islamique » ! Par contre, qu’Israël veuille se définir comme « État juif », voilà qui leur est insupportable…
Ensuite, de nombreux Juifs américains ont saisi cette loi pour critiquer Israël afin de renforcer leur image de libéraux.
Jamais en retard d’un excès, le Président turc, Tayyip Erdogan, a déclaré que « l’esprit de Hitler » avait inspiré cette loi ! Plaît-il ?
La gauche et l’extrême-gauche israélienne, traditionnellement anti-sionistes, voudraient qu’Israël devienne « l’État de tous ses citoyens ».

Enfin, les plus virulents, les députés Arabes de la Knesset, ont accusé la nouvelle Loi de promouvoir le racisme et l’autoritarisme. Ce qui est assez étonnant quand on sait que l’État palestinien dont rêve Mahmoud Abbas interdirait que des Juifs y résident ! La vérité étant que la plupart des Arabes israéliens sont heureux de vivre en Israël, seule véritable démocratie dans la région. Ils jouissent d’un niveau de vie plus élevé et d’opportunités bien meilleures que dans n’importe quel pays arabe. Il su t d’entrer dans un hôpital israélien où les médecins et les infirmières arabes et juifs traitent les patients juifs ou musulmans sur un pied d’égalité pour réaliser que les accusations d’apartheid ou de racisme sont d’odieuses calomnies.

MAIS ALORS POURQUOI CETTE LOI ?

Parce que ces dernières années, la conception d’Israël comme État bi- national, bi-confessionnel – « État de tous ses habitants » – commençait à gagner du terrain dans l’opinion. Elle avait même été légitimée par des institutions académiques telles que la Kennedy School of Government de l’Université américaine Harvard. Une majorité de députés de la Knesset ont conclu que le caractère majoritaire juif d’Israël était loin d’être évident. Ils ont reconnu le besoin urgent de codifier en droit ce qu’Israël et le monde libre avaient reconnu comme indiscutable lors de la renaissance de l’État d’Israël en 1948.
Le gouvernement et la Knesset ont estimé que le moment était venu pour Israël de renforcer son identité, de ratifier le sionisme classique, de rejeter le post-sionisme et de réitérer qu’Israël est un État juif ! Pas une seule clause ne peut être interprétée comme raciste, aucune disposition ne dénigre les minorités.
Israël reste un État juif démocratique.


LE TEXTE DE LA LOI

1. PRINCIPES FONDAMENTAUX

A. La Terre D’Israël est la patrie historique du Peuple juif, sur laquelle l’État d’Israël a été créé.
B. L’État D’Israël est le foyer national du Peuple juif, dans lequel il remplit son droit naturel, culturel, religieux et historique à l’autodétermination.

C. Le droit d’exercer l’autodétermination nationale dans l’État d’Israël est unique au Peuple juif.

2. LES SYMBOLES DE L’ÉTAT

A. Le nom de l’État est « Israël ».
B. Le drapeau de l’État est blanc avec deux bandes bleues près des bords et une étoile bleue de David au centre.
C. L’emblème de l’État est une ménorah à sept branches avec des feuilles d’olive des deux côtés, le mot « Israël » étant inscrit en dessous.
D. L’hymne de l’État est l’Hatikvah.
E. Les détails concernant les symboles de l’État seront déterminés par la loi.

 

3. LA CAPITALE DE L’ÉTAT

Jérusalem, complète et unie, est la capitale d’Israël.

4. LANGUE

A. La langue de l’État est l’hébreu.
B. La langue arabe a un statut particulier dans l’État ; la réglementation de l’utilisation de l’arabe dans les institutions de l’État ou par celles-ci sera fixée par la loi.
C. Cette clause ne porte pas atteinte au statut donné à la langue arabe avant l’entrée en vigueur de cette loi.

5. RASSEMBLEMENT DES EXILÉS

L’État sera ouvert pour l’immigration juive et le rassemblement des exilés

6. LIEN AVEC LE PEUPLE JUIF

A. L’État s’e orce d’assurer la sécurité des membres du Peuple juif en di culté ou en captivité en raison de leur judéité ou de leur citoyenneté.

 

B. L’État agit au sein de la diaspora pour renforcer l’affinité entre l’État et les membres du Peuple juif. C. L’État agit pour préserver le patrimoine culturel, historique et religieux du Peuple juif parmi les Juifs de la diaspora.

7. IMPLANTATIONS JUIVES

L’État considère le développement des implantations juives comme une valeur nationale et agira pour encourager et promouvoir leur création et leur consolidation.

8. CALENDRIER OFFICIEL

Le calendrier hébreu est le calendrier officieux de l’État, mais le calendrier grégorien sera utilisé comme calendrier officiel. L’utilisation du calendrier hébreu ou du calendrier grégorien sera déterminée par la loi.

9. JOUR DE L’INDÉPENDANCE ET JOURS DE COMMÉMORATION

A. Le jour de l’Indépendance est la fête nationale o cielle de l’État.
B. Le jour commémoratif pour les morts dans les guerres d’Israël et le jour du souvenir de l’holocauste et de l’héroïsme sont des journées o cielles de l’État.

10. JOURS DE REPOS ET DE SHABBAT

Le Shabbat et les fêtes religieuses d’Israël sont les jours de repos établis dans l’État ; les non-Juifs ont le droit de maintenir leurs propres jours de repos et leurs fêtes ; les détails de cette question seront déter- minés par la loi.

11. IMMUTABILITÉ

Cette loi fondamentale ne peut être modifiée que par une autre loi fondamentale adoptée par la majorité des membres de la Knesset.