►►► L'INVITÉ DU MAG'

Metteur en scène et producteur associé du Festival « Le désert m’attire terriblement »
© LIOR

Infatigable, Steve Suissa se demande pourquoi à 18h30, les immeubles en construction à Tel-Aviv ne sont plus en activité. «Il faut aller plus vite, construire plus », murmure ce bâtisseur dans l’âme, obsédé par l’idée de laisser une trace pérenne dans le paysage culturel, mais surtout dans le cœur et l’âme du public à qui il s’adresse au travers de ses mises en scène. «Il faut être un peu fou pour monter un tel festival en Israël», nous confie-t-il, lui qui peut de moins en moins se passer « de cette énergie incroyable que l’on trouve en Israël, pays de l’immédiat, où tout est cash et où l’on ne peut pas tricher».  Il est fier d’avoir convaincu six stars de la scène parisienne à accepter de glisser une date particulière dans leur tournée de la rentrée qui comprend en général au moins 70 villes. «Ces dates particulières sont Tel-Aviv et Jérusalem. À leurs côtés, leur famille mais aussi des équipes techniques qui découvriront, parfois pour la première fois, ce pays lumineux. Si tout se passe bien, entre les 22 et 30 octobre prochains, si les salles sont pleines, le public heureux et les artistes séduits, les fondations du pont que je rêve de construire à ma manière entre Israël et la France seront déjà bien plantées», affirme Steve Suissa en précisant « si D-ieu le veut ». Très croyant (il a pour livres de chevet les psaumes de David et les contes de Rabbi Nahman de Breslev ), il dit son bonheur à se retrouver seul, par moments, dans le désert du Néguev, et évoque, avec une lumière fugitive dans le regard, son rêve ultime : construire une maison des artistes dans le désert… Et face à un homme aussi déterminé, ce rêve devrait rapidement devenir réalité. Affaire à suivre…

www.festival-theatre-francais.com