Située sur une bande de 14 km de long sur la côte méditerranéenne, Tel Aviv s’étend au-delà de la rivière Yarkon, au nord et de la rivière Ayalon, à l’est. Des centaines de milliers de travailleurs,   habitants, visiteurs, touristes et fêtards se déplacent dans la ville chaque jour jusqu’aux lueurs de l’aube. Centre économique et culturel du pays, cette ville active et animée propose toutes sortes de divertissements ; de la culture à l’art, les festivals sont nombreux. Ainsi, dans ‘la ville qui ne dort jamais’, l’immobilier est en pleine expansion. Dans un paysage hétéroclite typiquement tel avivien, les maisons d’origine (principalement de style Bauhaus) côtoient des gratte-ciel ou des complexes immobiliers, fleurissant de jour en jour et les investisseurs se bousculent pour acquérir des centaines de m2 dans ce fleuron du modernisme à l’israélienne.

Ramat Aviv :

Capture d’écran 2015-09-24 à 16.49.50Fondé dans les années 1950 par des immigrants d’Europe de l’Est, ce quartier résidentiel, calme et verdoyant se situe au nord- est de la ville blanche, à moins de vingt minutes à pieds de la mer. Ramat Aviv ou la ‘colline du printemps’, est surnommé ‘la verte’ pour son immense parc longeant la rivière Ha Yarkon, ses grandes aires de jeux et ses jardins magnifiques. Son immense centre commercial dont le prix au m2 avoisine les 2000 dollars, ce qui le rend l’un des plus chers au monde, sa prestigieuse université et ses musées attirent la jet set israélienne (show-biz et politiciens).Dans des rues aux larges trottoirs et aux beaux arbres fleuris, villas et penthouses de luxe, souvent dotés de piscines olympiques, se côtoient, octroyant à ce quartier un caractère prestigieux. Notons que ce quartier, à majorité laïque, est desservi par de multiples transports (trains, bus et même … avions, grâce à l’aéroport de Sdé Dov).

Neve Sharett :

Capture d’écran 2015-09-24 à 16.49.55Situé au nord-est de la ville, non loin d’Hertzliya Pituach, ce vieux quartier de la classe ouvrière de Tel Aviv, fondé dans les années 1950, est en pleine expansion. Son emplacement géographique prés de grandes zones agricoles, des nombreuses start-up de Kiryat Atidim et de la rivière Ha Yarkon attire de nombreux investisseurs depuis plus de cinq ans. Ainsi, de somptueux complexes immobiliers et de grandes villas émergent peu à peu près des vieux immeubles désormais rénovés dans un quartier devenu résidentiel où le prix de l’immobilier monte en flèche. Neve Sharett se singularise par sa population totalement hétéroclite. En effet, les retraités ayant immigré depuis quelques décennies d’ Europe de l’Est ou d’ Afrique du Nord et les ultra-orthodoxes de la Hassidout de Gour installés dans cette partie de Tel Aviv voient, depuis quelque temps déjà, affluer de plus en plus de jeunes couples dynamiques et étudiants, attirés par les prix des logements encore relativement abordables, ou tout du moins, pas encore exorbitants…

Bavli :

Capture d’écran 2015-09-24 à 16.52.12Quartier chic situé au nord de la ville, Bavli, fondé dans les années 1940, dont le nom s’inspire du Talmud babylonien appelé ‘Talmud Bavli’ en hébreu, est l’un des plus anciens de Tel Aviv. Proche du centre ville et bordé par le parc Ha Yarkon, le parc Tsameret et l’autoroute Ayalon, ce quartier verdoyant qui s’est fortement développé dans les années 1970-80, est peuplé de retraités et de familles recherchant une certaine sérénité. Ses beaux immeubles ,ses grandes villas et ses charmants cottages constituent le paysage typique du quartier résidentiel. Notons que de grandes tours luxueuses sont en pleine construction ,ainsi qu’un immense parc où plus de 300 arbres ont été plantés, afin de lui conférer encore plus de prestige.

Kerem Hatemanim :

Capture d’écran 2015-09-24 à 16.52.15Situé au sud de la ville blanche, à quelques minutes à pieds de la mer, en bordure de Yafo, Kerem Hatemanim ou ‘vignoble des Yéménites’ est l’un des quartiers les plus anciens de la ville. Fondé en 1881 par un groupe de juifs très pratiquants ayant immigré du Yémen, cet ancien village agricole est alors constitué de petites maisons basses dispersées le long d’étroites ruelles entourées par de nombreuses vignes plantées par ces pionniers  de la première Alyah. Dans les années 1990, ces anciennes constructions sont alors rénovées ou rasées, remplacées par de jolis petits immeubles au  charme suranné. Dès lors, le quartier commence fortement à s’embourgeoiser, attirant de plus en plus la bohème tel avivienne.

Son charme pittoresque se reflète dans son paysage coloré où d’anciennes synagogues jouxtent des cafés et restaurants à la mode, mais également à travers sa population hétéroclite. En effet, dans ce quartier qui allie tradition et modernité , une majorité de Yéménites des troisième et quatrième générations cohabitent en parfaite harmonie avec des Américains ou de jeunes Israéliens ashkénazes ou sépharades, toutes tendances religieuses confondues. Au cours de la dernière décennie, de nombreux étrangers et Israéliens ‘in’, attirés par les prix encore abordables, ont décidé d’acheter à Kerem Hatemanim, pour s’y installer ou pour investir, achats qui ont fait grimper en flèche les prix de l’immobilier.