© Gage Skidmore

Donald Trump a clairement ‘annoncé la couleur’, il y a un peu plus d’un an, quelques jours après son investiture en tant que Président des États-Unis, en ordonnant la suppression, par résolution, des symboles et pratiques islamiques (croissants de lune, tapis de prière et autres) graduellement introduits par son prédécesseur Barack Obama, des bâtiments gouvernementaux, notamment à la Maison Blanche. Barack Obama qui avait défendu en juin 2009, au Caire, le port du voile pour les Musulmanes en Occident, prenant alors le contre-pied de la France, critiquant dans un discours virulent le fait qu’un pays occidental «dicte les vêtements» qu’une Musulmane «doit porter». Ce même Obama qui avait, dès son investiture en 2009, institué Dalia Mogahed, femme voilée, conseillère aux affaires religieuses dans son administration.