En cette ère du tout-électrique, comment préserver la sainteté du Shabbat sans renoncer à l’appareillage de pointe qui nous entoure ? Depuis 40 ans, l’Institut Tsomet planche sur le sujet.

Peut-on utiliser un fauteuil roulant électrique le jour du Shabbat ? Ou un appareil d’oxygénothérapie, prescrit pour les insuffisances respiratoires chroniques ? À l’échelle individuelle, il est souvent compliqué de concilier hala’ha et technologie le jour du Shabbat. À l’échelle collective aussi. État juif par définition, Israël n’en est pas pour autant un État religieux. Pour exemple, les institutions et autres rouages publics comme l’armée, la police ou surtout les hôpitaux, ne sont pas régis par des considérations hala’hiques. D’où la complexité, parfois, de conserver une pratique religieuse dans ces cadres laïcs.

Des distributeurs à café dans les hôtels, un détecteur à métaux à l’entrée du Kotel, des téléphones shabbatiques pour les professionnels de la sécurité ou du milieu hospitalier qui fonctionnent sans...

Pour lire la suite de cet article et accéder à toutes nos DOSSIERS & ENQUÊTES, vous devez être abonné à une de nos OFFRES :

►►► OFFRE INTÉGRALE or ►►► OFFRE NUMÉRIQUE à partir de 6,90 ₪
ou Connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

Vous n'êtes pas convaincu? ALORS LISEZ CET ARTICLE