Quotidiennement, que ce soit à la télévision, à la radio ou dans les journaux, les politiciens et représentants du gouvernement sont mis à mal pour leurs prises de position ou décisions politiques. Ce qui est assez surprenant lorsque l’on sait qu’en Israël, il n’existait jusqu’à peu aucune législation assurant à la presse nationale une entière liberté d’expression… 

En effet, assez ironiquement, la plupart des lois sur les médias ont été adoptées pour limiter la liberté de la presse plutôt que de la protéger. Ainsi, jusqu’en mai 2017, la publication d'un journal restait illégale sans un permis du gouvernement, selon l'ordonnance sur la presse promulguée par le pouvoir mandataire en 1933 qui exigeait que toutes les agences de presse s'inscrivent auprès du ministère de l'Intérieur. Selon cette même loi, les licences pour les organes d'information pouvaient être révoquées s’ils mettaient en danger l'ordre public.
Une enquête a révélé qu'au cours des années 2000, au moins 62 permis ont ainsi été rejetés sur plus de 500 demandes. En outre, dans un pays constamment en conflit avec ses voisins, le désir d'imposer la censure militaire n'est pas inhabituel. Ainsi, l'ordonnance sur la sécurité de l'État, une réglementation d'urgence en vigueur depuis la création de l’État, jette les bases de la censure militaire du pays - un organe qui a le pouvoir de couper le contenu censé menacer la sécurité d'Israël.
Chaque année, les maladies contractées à l’hôpital en- traînent plus de décès que les accidents de la route. Selon un rapport paru il y a quelques mois, 6000 Israéliens meurent chaque année d’infections nosocomiales - celles que l’on contracte durant un séjour à l’hôpital et qui s’avèrent mortelles dans...
En dépit du coût de la vie et de la tendance qu'ont les Israéliens à user (et abuser ?) du crédit, la consommation des ménages, en cette veille de Pessah 2016, reste un moteur de croissance indéniable dans le pays. Et elle se porte très bien. Après une hausse de 3,7% en 2014, elle a encore bondi de 4,5% en 2015.

Dans ce contexte, baisser les prix de première nécessité, et ceux de l’alimentation en particulier, est devenu l’une des priorités du gouvernement. Y réussira-t-il avant les quelques semaines qui précèdent la fête ? Quand on sait que la période des achats débute environ un mois plus tôt, il y a là un véritable défi à relever. Intensifier la concurrence, diminuer les droits de douane pour l'ensemble des produits importés de la chaîne agroalimentaire, des mesures audacieuses que Moshé Kahlon, le ministre des Finances, envisagerait comme des remèdes incontournables à la cherté de la vie. En attendant ces changements, dignes de...

Tel Aviv

Relativement détachée des conflits qui secouent l’état d’Israël, Tel Aviv est surnommée la « bulle » pour son ambiance paisible et tolérante. Capitale économique du pays, ville dynamique par excellence, la ‘ville sans interruption’ compte plus de 400.000 habitants.

Premier centre de recherche dans le domaine des hautes technologies, berceau de prestigieux centres universitaires mondialement reconnus, Tel Aviv est également le siège de nombreuses ambassades étrangères mais aussi celui des plus grandes banques du pays. Centre culturel reconnu, capitale de la mode à l’échelle nationale, la ‘ville blanche’ est devenue en moins d’un siècle le centre de la culture israélienne moderne par ses nombreux journaux, ses grands théâtres, ses musées, son Auditorium (maison de l’Orchestre Philharmonique d’Israël) etc… Avec ses quatre gares ferroviaires, sa gare routière qui est la...

La morale juive place la justice au premier rang des exigences de toute société humaine. Mais la route vers la transparence est semée d’obstacles. Très souvent, les victimes d’un scandale n’ont pas la force de faire valoir leurs droits.  Mais tout finit par se faire savoir : c’est ce qui arriva dans l’affaire du détournement des indemnités payées aux rescapés de la Shoah. En 2010, des enquêteurs...

Raanana

Raanana, située au centre d’Israël dans la plaine du Sharon, est à égale distance de Tel Aviv et de Netanya. Bordant  Kfar Saba et Hertzliya et son littoral méditerranéen, elle se situe dans la « Silicon Valley » israélienne, ainsi la majorité de ses habitants travaillent dans ce secteur.

C’est une ville d’intégration qui accueille depuis plus de trente ans des olim de tous horizons. Elle est donc structurée pour cet accueil ( merkaz klita et oulpan de qualité).Cette ville verte, où fleurissent citronniers et pamplemoussiers, offre un certain confort à une population totalement hétéroclite. Décidée à accueillir au mieux tous ses nouveaux olim et Israéliens attirés par sa qualité de vie, Raanana s’agrandit. Ainsi, depuis plus d’une dizaine d’années, de nombreux...

Tout olé est confronté dès son arrivée aux écueils de l’alyah : barrière de la langue, casse-tête pour faire reconnaître ses diplômes et difficultés à décrocher un travail. D’autres l’effraient encore plus : un marché du travail israélien dont il ne maitrise pas les codes et des salaires stagnants qui lui semblent insuffisants pour boucler ses fins de mois. Et nul ne peut lui garantir qu’un médecin ou un avocat gagne plus que l’épicier du coin… Enfin, n’ayant pas forcément un métier exportable, le nouvel immigrant rechigne souvent à entamer une reconversion professionnelle.

Face à ces obstacles, bon nombre d’immigrants se contentent de cumuler des petits boulots même s’ils se rendent très rapidement compte que cette formule est épuisante et … décourageante. D’autres optent pour une alyah Boieng, persuadés de pouvoir se partager entre deux continents. Celle-ci peut être envisageable si le...

Entre la cigale et la fourmi, c'est vite tranché. Parmi les personnes interrogées, on notera cette constante : de la mesure, et des dépenses somme toute maîtrisées. Pas de folie, une certaine défiance vis à vis de la consommation à crédit,  et une tendance à vouloir d'abord, coûte que coûte, boucler ses fins de mois. Focus sur ces consommateurs pragmatiques désireux de cibler leurs priorités. Avant tout.

MEIRAV, AGENT IMMOBILIER, DIVORCÉE, UN ENFANT À CHARGE

Le budget dépenses courantes :
Je dépense environ mille shekels par mois pour mes courses. Cela inclut aussi ce dont mon fils de vingt-un mois a besoin : des couches, des lingettes, bref, tout le quotidien. Dans mes gros postes, je dois prévoir le coût du maon (crèche) pour mon fils, pour lequel je paye, tous les mois, mille six-cents shekels. En Israël, on utilise beaucoup le...

« Le cabinet a décidé de ne pas décider » titrait un grand quotidien en janvier dernier, suite à une énième réunion du cabinet censée statuer sur l’autorisation accordée à 160 épiceries d’ouvrir le Shabbat à Tel-Aviv. En coulisse, un membre du gouvernement se gaussait doucement de voir les ministres se refiler cette ‘patate chaude’ que personne ne veut garder dans les mains.

Se retranchant derrière sa mollesse et son incapacité à affronter les grandes questions qui animent sa société, le Gouvernement a une fois encore préféré ne pas trancher. Une attitude parfaitement reflétée dans une étude réalisée par la Knesset en 2014 sur 25 des plus grandes villes d’Israël et 10 conseils régionaux. Chiffres à l appui.

-92% des villes ont adopté des règlements administratifs concernant le Shabbat, mais 80% des conseils régionaux ne l’ont pas fait.

-64% des lois locales ont été rédigées avant les années 70 et interdisent à...

Check List

Vous êtes-vous posé les bonnes questions avant de choisir l’école de votre enfant ? Si vous cochez un maximum de réponses dans la check liste ci-dessous, vous aurez passé le test de la rentrée scolaire 2015 ! .Etat de l’école, cadre des lieux .Aides aux élèves en difficulté scolaire .Mixité filles/garçons ou séparation des classes .Présentation au...