Repères historiques

La presse hébraïque apparaît dans la petite ville de Safed à la fin du XVie siècle OCCUPATION TURQUE EN PALESTINE 1842-1918
1842 Israël Beck, fonde une imprimerie à Jérusalem qui devient le centre de la production de livres religieux et laïcs et de publications périodiques en hébreu 1863 Naissance de la presse hébraïque. 15 périodiques - instruments de débats idéologiques - sont publiés en hébreu, yiddish ou ladino 1907 Naissance du premier journal hebdomadaire créé et financé par un parti politique, socialiste en l’occurrence : Hapoel Hazair - Le jeune ouvrier. MANDAT BRITANNIQUE EN PALESTINE 1918-1948
Israël a terminé l’année 2017 avec un nombre de touristes qui n’a jamais été atteint depuis la création de l’État en 1948. Retour en chiffres sur cette année record pour un pays qui n’avait jamais accueilli autant d’étrangers … Croissance de + 25% (comparativement à l'année précédente 2016), des entrées touristiques depuis...
Qu'est-ce qui donne à l'humour juif cette saveur si particulière ? Sans nul doute cette autodérision féroce, cette capacité à rire de soi et de ses propres travers sans complaisance. Peut-être aussi, dans son aspect le plus bouleversant, ce tour de force d'arriver à sourire au milieu des larmes....
Évidemment, quand c’est Louis de Funès qui le crie à Yves Montand dans La Folie des Grandeurs, ça nous fait rire, mais quand le dernier rapport de l’OCDE publié début juillet montre que c’est bien ce qui est en train d’arriver en Israël, ça n’est plus du tout drôle !  En effet,...
Après la série de secousses ressenties dans le Nord du pays du 4 au 8 juillet derniers, les discussions vont bon train tant dans les rues et les terrasses de café qu’entre les spécialistes en sismologie. Tous s’accordent à dire qu’un « grand » séisme se prépare et qu’on ne peut absolument pas prévoir quand...
Il est bien loin le temps où Tel-Aviv n’était qu’une petite bourgade de bord de mer, un faubourg juif de Jaffa bâti par des pionniers idéalistes. En un siècle, la cité s’est transformée en centre économique, technologique, intellectuel et culturel d’Israël. La ville connait à la fois un phénomène...
Comme si Israël pouvait se payer le luxe d’une guerre de plus, la question du service militaire renforce le clivage entre laïques et religieux et contribue à diviser les relations entre Juifs dans l’État hébreu. LeMag’ a cherché à comprendre ce que disent  - et ce que veulent  -...
Quotidiennement, que ce soit à la télévision, à la radio ou dans les journaux, les politiciens et représentants du gouvernement sont mis à mal pour leurs prises de position ou décisions politiques. Ce qui est assez surprenant lorsque l’on sait qu’en Israël, il n’existait jusqu’à peu aucune législation assurant à la presse nationale une entière liberté d’expression… 

En effet, assez ironiquement, la plupart des lois sur les médias ont été adoptées pour limiter la liberté de la presse plutôt que de la protéger. Ainsi, jusqu’en mai 2017, la publication d'un journal restait illégale sans un permis du gouvernement, selon l'ordonnance sur la presse promulguée par le pouvoir mandataire en 1933 qui exigeait que toutes les agences de presse s'inscrivent auprès du ministère de l'Intérieur. Selon cette même loi, les licences pour les organes d'information pouvaient être révoquées s’ils mettaient en danger l'ordre public.
Une enquête a révélé qu'au cours des années 2000, au moins 62 permis ont ainsi été rejetés sur plus de 500 demandes. En outre, dans un pays constamment en conflit avec ses voisins, le désir d'imposer la censure militaire n'est pas inhabituel. Ainsi, l'ordonnance sur la sécurité de l'État, une réglementation d'urgence en vigueur depuis la création de l’État, jette les bases de la censure militaire du pays - un organe qui a le pouvoir de couper le contenu censé menacer la sécurité d'Israël.
Les historiens qui se chargeront d’écrire la saga de l’immigration des Juifs hexagonaux en Israël auront du mal à identifier qui fut le premier média papier francophone en Terre Promise. Il pourrait s’agir de l’édition française du Jérusalem Post.

Pendant une quinzaine d’années, ce très puissant groupe de presse a produit ‒ à perte, faut-il préciser ‒ un hebdomadaire francophone qui perdura jusqu’à 2017 sans trouver de lecteurs. Autre ancêtre : le mensuel KOUNTRASS. Dès le milieu des années 80, Rav Henri Kahn, qui vient de fonder la Yeshiva francophone Rachi à Jérusalem, décide de poursuivre son action en publiant un petit bulletin. D’abord ronéoté puis photocopié, KOUNTRASS connaîtra plusieurs mutations avant de trouver finalement son régime de croisière, appuyé sur un lectorat de Juifs orthodoxes peu nombreux, mais fidèles. Le succès de KOUNTRASS décidera la hassidout Gour à lancer un hebdomadaire francophone, HAMODIA, à destination de ce même public. Mais apparemment, il n’y avait pas de place pour deux médias religieux francophones en Israël.
Dans une initiative qualifiée d’historique, l'Autorité de radiodiffusion d'Israël a diffusé pour la première fois gratuitement dans les pays arabophones l'un des événements sportifs les plus regardés au monde,