Après les missionnaires chrétiens, utilisant le prétexte du « dialogue interculturel», voici qu’en Israël même, un groupe musulman – Dar Assalam – fait du prosélytisme pour convertir les Juifs israéliens à l’islam.

É

té 2018, extérieur jour. Le soleil est en train de se coucher sur la baie de Tel-Aviv. Dans la cour d’une ancienne mosquée de la vieille ville de Yaffo, des dizaines d’hommes et de femmes pénètrent lentement. Curieusement, ce ne sont pas seulement des Musulmans qui se présentent, mais également plusieurs Juifs.
Ceux-ci sont venus suite à un message publié sur Facebook annonçant « la première tenue d’une réunion à Yaffo visant à se familiariser en hébreu avec l’islam. Une occasion rare pour promouvoir le dialogue inter confessionnel et interculturel ».
Dans la cour, des drapeaux portent l’inscription « Shahadah » qui proclame en arabe « l’unicité de Dieu et l’acceptation de Mohammed comme son prophète ». Sur une large banderole on peut lire «Bienvenue au centre Da’wah de Yaffo. Devant vous, vous trouverez des exemplaires du Coran en anglais. Servez-vous, ils sont gratuits ! ». En arabe, le mot
Da’wah signifie prêcher la religion islamique.

SOIRÉE INNOCENTE
La majorité des participants sont visiblement musulmans. La plupart des femmes portent le hijab et l’une d’entre elles est recouverte d’un niqab noir, tenue plutôt rare dans les rues de la grande cité balnéaire – et laïque – de Tel-Aviv.

L’événement semble absolument innocent. Cependant, il faut savoir qu’il a été organisé par Dar Assalam For Introducing Islam, un centre basé à Kafr Qara, une petite ville arabe israélienne située à une trentaine de kilomètres au sud-est de Haïfa. Cette organisation a pour objet la conversion des Juifs et d’autres Occidentaux en Terre sainte. Pour accroître l’efficacité de ses activités missionnaires, Dar Assalam a développé une initiative intitulée « Islam4Jews ».

Fondée en 2013, Dar Assalam se présente comme un groupe de pression qui «imprime et distribue le Coran dans toutes les langues et accueille de nouveaux Musulmans en leur fournissant logement, nourriture et enseignement sur l’islam ». Le centre envoie également des représentants à travers tout Israël pour convertir des Juifs.

Dans la rue, ils abordent ainsi des Israéliens et des touristes pour leur apprendre l’islam. Ils leur distribuent des Corans et d’autres documents religieux.

 

POURQUOI SE CONVERTISSENT-ILS À L’ISLAM ?
Selon les chiffres du gouvernement israélien, chaque année environ une centaine de juifs israéliens se convertissent à l’islam. C’est infime par comparaison aux statistiques françaises : d’après une étude l’INED, en 2010, 110 000 citoyens français se seraient déjà convertis à l’islam, et le rythme se poursuivrait à raison de 3500 par an. Mais Djelloul Seddiki, directeur de l’Institut de théologie El Ghazali de la Grande Mosquée de Paris, avance le chiffre de 1 million de convertis en France en 2013. Tous ces chiffres sont néanmoins à considérer avec prudence car, malgré des dérogations possibles, les statistiques ethnico religieuses sont interdites en France. Amil Imani, un sociologue iranien résidant à présent aux États-Unis, explique ainsi leur motivation : « Après le judaïsme et le christianisme, l’ islam est perçu comme la super-religion, qui vient clôturer les tentatives, et les erreurs, de celles qui l’ont précédée. Le plus étonnant, c’est qu’une fois qu’ il a envahi l’esprit, l’ islam est capable de transformer ses adeptes en pions sans défense, prêts à exécuter tout ce qu’on leur dit ». Pour lui, l’islam est une religion totalitaire : « Le communisme a fait de 10 à 38 millions de victimes (ce nombre varie selon la source). En Chine, 65 millions de citoyens chinois ont été tués à cause du communisme.
Que leurs victimes soient en grande partie issues des sociétés socialistes en dit long sur l’ idéologie elle-même. Depuis l’apparition de l’ islam, il y a 400 ans, près de 270 millions de personnes ont été assassinées en son nom.
De même que le marxisme était la cause fondamentale du totalitarisme communiste, la charte de l’ islam est la cause fondamentale de la violence islamique. Un Musulman dévot ne peut pas croire à la liberté de choix. La raison d’être du Musulman est la soumission inconditionnelle à la volonté et aux préceptes d’Allah ».
D.J

 

RUSSE, JUIVE ET CONVERTIE

Au cours de cette soirée, une femme religieuse nommée Amar a déclaré :
« Je suis heureuse parce que j’ai trouvé l’islam. » Elle a raconté qu’elle parlait non seulement l’hébreu, mais également le russe, car sa famille avait immigré en Israël en 1991 à la suite de l’effondrement de l’URSS. Bien que sa grand-mère soit une survivante
de l’Holocauste, Amar a choisi de se convertir à l’islam après avoir rencontré un Musulman dévot qui est maintenant son mari.
S’adressant à l’auditoire, vêtu d’une longue tenue blanche, Cheikh Ramsay, l’un des organisateurs de l’événement, explique : « Nous voulons que vous [les Israéliens juifs] entendiez parler de l’islam par nous, par les Musulmans eux-mêmes. Nous ne voulons pas
que vous entendiez parler de l’islam par d’autres personnes. »…
Cheikh Ramsay présente ensuite son collègue, Cheikh Khader, qui grimpe sur le podium. Pendant presque deux heures, il récite des versets du Coran en arabe et les traduit en hébreu, avant de fournir de longues interprétations.
Soudain, un muezzin voisin sonne l’appel à la prière et la conférence est interrompue afin que tous les Musulmans de la cour puissent entrer dans la mosquée pour la prière du soir.

ICHMAËL ? CONNAIS PAS !

Quand tout le monde revient pour la suite de la réunion, Cheikh Khader s’efforce de prouver la véracité des Écritures islamiques en utilisant des principes scientifiques, alléguant qu’un tel savoir-faire a été révélé au prophète Mahomet des siècles avant
que les chercheurs modernes ne l’aient découvert.À aucun moment, les orateurs présents n’ont évoqué la personne d’Ichmaël, fils d’Abraham. Il aurait été judicieux qu’on leur rappelle la filiation spirituelle qui unit l’islam au judaïsme…
Au cours de cette soirée, une femme musulmane du public a pris la parole en disant que les deux orateurs auraient dû dénoncer l’extrémisme des islamistes pour que les non-Musulmans cessent d’associer cette religion, à la violence. Cheikh Ramsay a reconnu qu’« en Syrie comme ailleurs, des Musulmans assassinent d’autres Musulmans. Le fait est qu’il existe des Musulmans qui font de mauvaises choses comme tuer, mais l’islam ne le justifie
pas. L’islam est un système énorme et nous ne sommes pas parfaits. Nous avons beaucoup de problèmes, mais nous voulons que les gens nous comprennent.»

LA ROUTE DU BONHEUR

À la fin de l’événement, des exemplaires gratuits du Coran et d’autres textes islamiques écrits en hébreu sont distribués aux participants juifs, dont l’un intitulé « The Path to Happiness» (En route vers le bonheur), explique la manière de pratiquer l’islam,
la façon de prier et de s’habiller modestement.
Sur la page Facebook de l’organisation, on peut voir toutes sortes de gens, principalement des touristes, en train de réciter devant la mosquée d’Omar la « Shahadah », la déclaration
solennelle par laquelle on devient musulman. La soirée-événement à Yaffo n’était que la première de nombreuses sessions de ce type organisées par Dar Assalam et visant
à convertir les juifs.

 David Jortner

 

 UN MILLION ET DEMI
DE CONVERTIS AUX USA
Si l’immense majorité des Juifs israéliens se révèle pour l’instant peu intéressée par une conversion à l’islam, il n’en va pas de
même pour les noirs américains, où les conversions sont proportionnellement
beaucoup plus nombreuses : l’islam afro-américain compterait ainsi 1 500 000 fidèles, formés d’anciens chrétiens
protestants, marginalisés par une société majoritairement blanche et déçus par les églises américaines perçues comme
racistes. La discrimination que ressentent les noirs rend l’islam – où tous les croyants sont égaux – plus attractif. Se convertir, c’est leur façon de rejeter la culture dominante qui ne veut pas d’eux. Et Amil Imani de conclure en disant : « Tout a commencé lorsque Jimmy Carter et sa politique libérale ont lâché notre plus grand allié dans le monde musulman, le Shah d’Iran, au profit d’un fanatique religieux, l’ayatollah Khomeini. Lequel déclarait d’ailleurs : « Allah n’a pas créé l’homme pour qu’il puisse s’amuser. Un régime islamique doit être sérieux dans tous les domaines. Il n’y a pas de blagues dans l’islam. Il n’y a pas d’humour dans l’islam. Il n’y a pas d’amusement dans l’Islam. Il ne peut y avoir de plaisir ni de joie dans ce qui est sérieux… ».
D.J.