Il est bien loin le temps où Tel-Aviv n’était qu’une petite bourgade de bord de mer, un faubourg juif de Jaffa bâti par des pionniers idéalistes. En un siècle, la cité s’est transformée en centre économique, technologique, intellectuel et culturel d’Israël. La ville connait à la fois un phénomène de métropolisation et de développement intelligent.

Il y a 109 ans sortait des sables, ex nihilo au Moyen-Orient, une bourgade de type européen construite de toutes pièces : Tel-Aviv. Depuis, la cité méditerranéenne aux lignes fonctionnelles a grandi, forgée par l’utopie sioniste et moderniste.

Une métropolisation à tout va

Dès les années 1920, Tel-Aviv prend une place centrale dans le proto-État juif qui se développe en Palestine mandataire. Durant les premières décennies de sa fondation, on trouve encore sous le sable ou les pierres de la cité en construction geckos et scorpions, ainsi qu’une faune sauvage comme des faucons rouges ou des chacals. Aujourd’hui, ils ont fait place aux voitures, vélos et véhicules de toutes sortes, dans une ville qui se développe en tous sens, pousse à vive allure et semble à l’étroit sur ses 14 km de littoral. Attirant toujours plus de jeunes, d’actifs, d’étrangers, la deuxième agglomération d’Israël parait de la sorte livrée aux promoteurs de tous bords.

En effet, depuis une quinzaine d’années, la « ville qui ne s’arrête jamais » connaît une effervescence immobilière sans précédent. Au centre et au nord, les gratte-ciels poussent comme des champignons. Quant au sud en rénovation, il deviendra méconnaissable d’ici 10 ans. Dernièrement, plusieurs chantiers d’aménagement d’envergure ont été adoptés comme le futur Parc Ayalon au-dessus de l’une des autoroutes les plus fréquentées d’Israël traversant Tel-Aviv.

En plus de logements et de bureaux, la ville, séduisant chaque année toujours davantage de touristes, prévoit l’édification de nouveaux hôtels. 600 chambres y seront construites rue HaYarkon et 220 à la place de l’actuelle station de police avenue Dizengoff.

Ces grands projets d’infrastructure bouleversent profondément le paysage urbain de Tel-Aviv qui n’en finit pas de se moderniser, pour devenir l’un des pôles les plus attractifs d’Israël, si ce n’est de la planète.

Cette ébullition économique, immobilière et sociale conduit au phénomène contemporain de ‘’métropolisation’’, une organisation nouvelle de l’espace citadin dont la densité des populations et des activités renforce le cœur du système urbain. De la sorte, la ville modifie son ancrage local, régional et national.

Ainsi de cité-jardin en bord de mer des origines, Tel-Aviv se transforme en centre culturo-artistique et d’affaires aux enjeux géographiques multiples : accueillir la croissance démographique et économique ; ralentir l’étalement citadin et empêcher la création d’une continuité urbaine ; maîtriser la pression foncière et la mixité sociale ; améliorer le système de transport en commun cohérent et multimodal ; maîtriser le développement des tours et gratte-ciels ; penser les grands parcs métropolitains comme espaces de loisirs et enfin protéger le bord de mer.

De fait, dans son expansion, l’occupation des sols de Tel-Aviv fait la part belle à l’urbanisme, aux équipements publics et aux larges boulevards au détriment des zones naturelles et du littoral. Par conséquent, la ville compte l’une des plus hautes densités au km2.

Une ville intelligente à l’écoute de ses résidents

Au-delà de son essor, Tel-Aviv a reçu en 2014 le titre de ‘’Meilleure ville intelligente’’ au monde lors du Congrès international Smart City de Barcelone. Prix remporté pour son projet DigiTel : une vision de la ville intelligente axée sur l’amélioration de la qualité de vie des habitants.

©DIGITEL – Tel Aviv-Yafo Municipality

Cette plate-forme de communication web et mobile personnalisée fournit aux résidents des informations et des services adaptés à leur situation géographique grâce au système iView. Elle facilite une connexion directe et holistique entre la ville et les habitants : alerte sur les travaux routiers locaux, renseignement sur la station de partage de vélos la plus proche, envoi de rappels ciblés pour l’inscription ou les activités scolaires, offre de réductions pour les nombreux événements culturels dans la ville.

Par ailleurs, DigiTel encourage les résidents à s’engager de manière proactive dans la vie de la municipalité. Dans ce cadre, ils ont pu développer des applications mobiles à usage collectif grâce à des bases de données ouvertes. La mairie utilise aussi activement les médias sociaux comme plate-forme pour impliquer le public dans les initiatives de prise de décision communales et d’amélioration communautaire. Les résolutions ‘’ville intelligente’’ de Tel-Aviv, élaborées en collaboration avec les résidents, les entreprises, les associations et l’administration municipale, sont toutes facilitées par le WiFi gratuit dans tous les espaces publics et servent à parfaire les prestations communales et à créer les conditions d’un développement urbain durable. Elles illustrent surtout le rôle interactif de la cité dans l’utilisation de la technologie pour renforcer l’engagement civique et assurer une ville accessible et réactive à tous.

Ainsi, Tel-Aviv met en œuvre une infrastructure matérielle économe en ressources et en énergie pour améliorer son administration urbaine, tout en utilisant efficacement les technologies de l’information et de la communication globale.

La municipalité, ouverte à l’innovation et au perfectionnement de l’expérience citadine, s’est par là engagée dans une stratégie visant à exploiter son écosystème hi-tech de renommée mondiale pour faciliter sa transformation en ville intelligente. Centre d’innovation de premier plan, Tel-Aviv cherche de cette façon des solutions très avancées pour accroître la participation des citoyens. Sa stratégie soutient ainsi les objectifs de mettre en place une gouvernance axée sur les résidents, de maintenir un environnement urbain attrayant et de faire de la ville un centre culturel pointu.

Noémie Grynberg